no ads to show

Jean-Philippe Mateta raconte son exil réussi en Bundesliga

La Bundesliga est décidément le paradis des jeunes Français. Moussa Niakhaté (22 ans) nous avait d'ailleurs confié son bonheur d'avoir rejoint Mayence cet été. Le défenseur central, ex-FC Metz, n'est pas le seul Tricolore à passer de bons moments du côté de l'Opel-Arena. Jean-Philippe Mateta (21 ans), arrivé lui aussi cet été, s'éclate également sous les ordres de Sandro Schwarz. « L'entraîneur m'a beaucoup parlé et m'a expliqué ce que je devais améliorer, par exemple, en cas de manque de concentration. (...) C'est un entraîneur très ouvert et honnête, je l'apprécie vraiment », a-t-il confié au cours d'un long entretien accordé à Kicker.

Ses statistiques témoignent de cette confiance et de cette entente, puisqu'il vient de scorer à 3 reprises lors des 4 dernières journées de Bundesliga (pour un total de 4 réalisations en 13 apparitions). « Vous pouvez dire que je suis heureux de mes trois buts, mais je n'ai pas atteint mon meilleur niveau, je peux faire encore plus. Mais tout le monde en sera bientôt convaincu... (...) Je m'efforce de réussir au maximum. Je suis un compétiteur qui veut tirer le meilleur parti de chaque saison, de chaque jour, et souhaite toujours gagner », a-t-il lancé, convaincu de pouvoir en faire encore beaucoup plus, lui qui sort d'une grosse saison 2017/18 en prêt au Havre (17 réalisations).

Mateta sait qu'il peut faire mieux

« La satisfaction est un grand mot. Entre mon premier et mon deuxième, je n'ai pas marqué pendant huit matches. Cette période n'était pas facile pour moi, j'avais besoin de soutien. Après cela, je me suis repris, mais cette phase n'est pas oubliée. Je veux essayer de compenser cela dans les quatre matches restants. Pour le moment, mes sentiments sont plutôt ambigus », a-t-il expliqué, même si l'ancien Lyonnais (vendu 8 M€ + 2 M€ de bonus lors du dernier mercato estival) savoure, déjà, les progrès de son équipe et les siens.

« Nous avons progressé en équipe. L'entraîneur a ajusté quelques petites choses, nous gagnons progressivement en confiance. (...) Cela est également lié au fait que les joueurs comprennent maintenant ma façon de mieux jouer », a-t-il indiqué, n'oubliant pas le travail effectué du côté de l'Olympique Lyonnais. « Quand je suis arrivé à l'Olympique Lyonnais, j'ai aussi beaucoup travaillé sur les bases, par exemple, pour améliorer la coordination », s'est souvenu l'ancien de La Berrichonne, devenu, depuis quelques semaines, international Espoirs (4 capes, 2 buts). En attendant encore mieux.