no ads to show

Le carton historique (10-0) de Benfica impressionne la presse portugaise !

55 ans. Il fallait remonter à 1964 pour trouver trace d'un (10-0) en championnat du Portugal. C'était lors d'un Benfica-Seixal. Ce dimanche, le club lisboète a réédité cette performance rare. Les hommes de Bruno Lage ont littéralement étrillé le Nacional (10-0, 21e journée de Liga NOS). On les a même vu consoler leurs « victimes » du jour, en pleurs, au coup de sifflet final. Avec un but et quatre passes décisives, Pizzi restera comme un des grands artisans de cette victoire historique.

Mais le chef d'oeuvre est collectif et toute la presse lusitanienne en parle ce lundi. « 10 sur l'échelle de Richter », titre O Jogo. Le quotidien ajoute même un piquant : « ne dites pas but, dites Benfica ! ». Record, pour sa part, parle d'« Ouragan » ou encore de « Tsunami ». A Bola n'y va pas par quatre chemins et parle de « correction du siècle », mettant à l'honneur tous les buteurs de cette folle soirée. « Des Aigles géniaux » (Correio da Manhã) se sont offerts un succès « à la mode des années 1960 » (Jornal de Noticias). Cette fessée est même arrivée jusqu'en NBA, où Clint Capela, joueur des Houston Rockets, s'est fendu de ce malicieux commentaire : « et moi qui pensais que Chelsea (battu 6-0 par Manchester City) avait passé une sale journée... »

And I thought @ChelseaFC had a bad day... https://t.co/ykI94p1LUH

— Clint Capela (@CapelaClint) February 10, 2019

De retour dans la course au titre !

Cette démonstration de force confirme le retour en forme des Encarnados depuis la prise de fonction de leur nouveau coach, suite au limogeage de Rui Vitoria, en janvier. « J'ai le sentiment que les astres se sont alignés », a confié le technicien lisboète à l'issue de la rencontre, plutôt sobrement. Il a tout de même su relancer une équipe en perte de confiance, avec un duo João Felix-Haris Seferovic de feu en attaque, une domination dans l'entrejeu retrouvée autour de Pizzi et une défense beaucoup plus solide devant Vlachodimos.

Mieux, les jeunes lancés dans le grand bain, comme Florentino ou Ferro, répondent présents. Résultat, le SLB engrange les points et grappille du terrain sur ses rivaux. Distancés dans la course au titre il y a quelques semaines encore, les Benfiquistes, vainqueur de Boavista (5-1) fin janvier et du Sporting (4-2) début février, sont revenus à un point du leader, le FC Porto au classement de la Liga NOS. Gare à ce Benfica puissance 10 !